VRAI OU FAUX ?

Le bac dégraisseur est obligatoire si la fosse est à plus de 10m de la sortie eaux usées : Faux, il est conseillé, mais pas obligatoire. La contrainte d'entretien nous oriente plutôt à limiter sa préconisation. Il suffit pour s'en affranchir d'avoir une pente suffisante, d'installer une sortie commune douche/cuisine, et/ou de mettre des « T » d'accès pour curer les canalisations.

Un bac dégraisseur pas suffisamment entretenu ne sert à rien... Et un entretien tout les 6 mois est une contrainte..

 

 

Il faut changer le sable des filtres à sable tous les dix ans : Faux, rien n'est mentionné à ce sujet au niveau réglementaire. La capacité épuratoire d'un filtre à sable est excellente, et, si celui-ci est installé sur un sol filtrant, sans remontée de nappe, avec un bon dimensionnement, sa durée de vie peut atteindre celle des tranchées classiques, soit environ 25 ans.

 

Le rejet au fossé est interdit : Faux, il est autorisé sur certaines conditions, notamment si la nature du sol ne permet pas une infiltration correcte des eaux traitées. Le rejet au fossé est toujours précédé d'un lit d'infiltration, ou d'un puits d'infiltration. Seule la partie non infiltrée peut être évacuée dans le réseau hydrique superficiel. Il n'est par contre pas autorisé pour les constructions neuves, dans le cadre de la charte régionale (interdiction qui, néanmoins, n’apparaît dans aucun texte de lois...)

 

L'eau issue des microstations est potable : Faux, elle est « conforme » au regard des normes de rejet, mais ne peut être utilisée car elle contient encore trop de germes pathogènes.

 

Les filières classiques et les microstations sont entièrement écologiques : Tout dépend de ce qu'on entend par « écologique »... Au regard des normes de rejet (DCO, DBO5, bactériologie...) elles y répondent tout à fait, mais les nitrates, phosphates et autres substances solubles (antibiotiques) ne sont pas dégradées.... elles s'infiltre donc dans le sol, et finiront un jour par atteindre la nappe...

 

Seule la filière « toilettes sèches » peut être considérée comme écologique. En effet, les micro-organismes pathogènes, mais aussi l'azote, les phosphates, les antibiotiques et autres résidus médicamenteux sont détruit ou dégradés durant le processus de compostage. Ils sont ensuite mobilisés dans les couches supérieures du sol après épandage, puis valorisés par les plantes et la microfaune du sol.

 

Reste le traitement des eaux grises, qui est simplement une filière classique redimensionnée....

 

 

L'étude de sol est obligatoire pour définir une filière d'assainissement : Vrai, car c'est la seule façon de connaître la nature du sol afin d'y installer une filière compatible.

 

Le sondage doit être fait uniquement au tractopelle : Faux, un sondage à la tarière à main est possible, mais une fosse au tractopelle (ou à la minipelle) offre beaucoup plus de garantie quant à la profondeur du sondage (1,60m minimum pour la préconisation d'un filtre à sable), la vision des horizons du sol (couches stratifiées du profil de sol), la vision d'une nappe perchée ou d'un écoulement d'eau.

Un sondage à la tarière est moins cher, moins invasif, mais plus contraignant au niveau profondeur. Il ne permet pas une vision claire des horizons, ni d'un éventuel écoulement d'eau...